Les origines

         camphinorigines.jpg


Les origines du nom de notre village se perdent dans la nuit des temps. Aujourd'hui encore, plusieurs versions du nom ancien de Camphin se disputent la paternité.

    

CAREMBAULT

 
Après Don, nous entrons dans le Carembault.

Rappelons que l'ancienne châtellenie de Lille(qui correspond à l'arrondissement de Lille) était divisée en 5 territoires:

-Le Weppes

-Le Mélantois qui avait Seclin comme capitale et comprenait 29 villages. Mélantois (pagus medenatensis) signifie quartier du milieu.

-La pévèle (pagus pabulensis: contrée aux gras paturages) renfermait 24 villages et avait Cysoing pour capitale.

-Le Ferrain(ferraina regiuncula: terre de fourrage) recouvrait 31 villages avec Commines comme chef lieu.

-Le Carembault (carembaultius ager: pays à blé) ne comptait que 11 villages et avait Phalempin comme chef-lieu  

 

           

ETHYMOLOGIE DE CAMPHIN

 

 

855-869 : CAMPHIN IN PAGO CARABANTISSE: diplôme du roi Lothaire lors de son règne.


966: CAMVIN : Titre de Saint Pierre de Gand.


1120: CAMPHINIUM : Cartulaire de l'abbaye de Marchiennes.


1140: CANFING : Titre de Saint Martin de Tournai.


1284: CAMFIN : Information judiciaire du Comte de Flandres.


Camphin pourrait venir du mot latin : "Confinium" qui signifie borne, limite. Notre village en effet est situé à la lisière de l'Artois.


1564 : Sur une carte au musée Mitterand de Jarnac, notre village était indiqué de la façon suivante: CAMPYN ce qui peut supposer aussi "au milieu des champs".Cependant le nom de Camphin pourrait également faire penser à une origine germanique issue "Kamph" qui signifie combat "en" qui veut dire (contre,proche).

 

Ce symbole est l'écu de Camphin :

logoancien.png
Il représente trois clés d'argent sur fond rouge, placées verticalement, le panneton en haut tourné à gauche pour l'observateur. Ce sont les armes de l'abbaye de Saint-Pierre au Mont-Blandin à Gand.

On le retrouve dans le logo officiel de la commune.

Eglise camphin rue nationale bis

PRINCIPALES DATES ET EVENEMENTS

DE 962 A 1879

 

 962

Arnould le vieux donna le village le 17 juin 962 à l'Abbaye de Saint Pierre au mont Blandin à Gand avec l'Eglise, les serfs et les biens qui en dépendaient.
Pour gérer les revenus dans les possessions éloignées, des religieux choisissaient un homme puissant qui, sous le titre d'avoué, avait la charge de défendre leurs intérêts.
Cette donation fut confirmée par:


- Baudry évêque de Noyon et de Tournai en 1111
- Simon, dernier titulaire des 2 siéges en 1140
- Le pape Eugène 2 en 1145
- Le pape Urbain 2 en 1187- L'évêque Gerard en 1150
Cette situation donnait aux habitants de la commune quelques privilèges. Camphin vivait donc à l'ombre titulaire de Saint Pierre de Gand sous la protection de Saint Médard.

1093

Les allemands d'Henri III entreprirent quatres années de saccages et pillages.

1214

Philippe Auguste sauva la France à Bouvines. Son armée fit halte à Camphin en Carembault et s'établit à Pont à Vendin.

Les soldats qui devaient égorger les Lillois et ensevelir leur ville ne furent pas tendres avec nos agriculteurs.
Quelques années plus tard, les avoués en principe défenseurs des droits confiés à leur intégrité étaient devenus des spéculateurs. Après des tentatives du Chatelain de Lille pour usurper la haute justice. Le village retrouva grâce à l'evêque de Tournai Walter, ses privilèges d'immunité.

1225

Accord entre Roger, Chatelain et avoué, et le manastère de Saint Pierre qui stipule que Camphin appartenait libre à l'abbaye de Saint Pierre.

1464

Louis XI fit halte à Camphin avant d'aller recevoir les hommages traditionnels à Seclin.

mi 15ème siècle

Une épidémie de peste ravagea la commune. On appela cette épidémie "La suette".

1527

Attaque des "hérétiques" qui furent châtiés dans les marais d'Herrin et de Gondecourt

1600

Période de prospérité

20 août 1648

Les troupes du gouverneur des Pays Bas, l'archiduc Léopold, envahirent le village pour satisfaire leurs besoins.

1708

Hiver rigoureux, les malheureux mouraient de froid et l'année suivante de faim à cause d'une récolte manquée.

1750

Nouvelle épidémie de suette (peste).

1760

Il existait un moulin à vent sur la route d'Ennecourt avant d'arriver à Camphin. Un écolier du Riez, fils de Philippe Ambroise Sion s'amusait à passer entre les ailes du moulin pendant qu'elles tournaient mais un fois, il fut happé par l'une d'entre elles et fut tué sur le coup.

1788

La famine. Selon Seraphin la Gazette, la misère était si grande que des enfants d'Ennecourt allaient au passage des diligences ramasser des fêves dans les crotins de chevaux.

1879

Camphin est un village essentiellement agricole aux confins de l'arrondissement vers le Pas de Calais. Il existe dans cette commune une école de garçons dirigée par un curé. La population totale à cette date est de 928 habitants dont 903 français et 25 étrangers, tous catholiques.

Il comprend déjà le hameau de Ennecourt. Les armoiries doivent être celles de Saint Pierre le Gand. Le village peut se vanter d'avoir joui d'ancienne date de privilèges et immunités si précieuses en ces temps là.

 

 

 

 

Les commentaires sont clôturés

×